À l’instar du Conseil fédéral, d’associations de défense des consommateurs et du Surveillant des prix, l’Alliance contre les obstacles au commerce s’oppose à l’abolition du principe du Cassis de Dijon pour les denrées alimentaires. Après les déclarations d’intention au sujet du franc fort, le moment est venu pour les partis siégeant au Conseil national de passer de la pa-role aux actes. L’intervention anticoncurrentielle des milieux agricoles complique les efforts déployés pour lutter contre le phénomène de l’îlot de cherté.

Communiqué